La tendinite du tendon d'Achille chez le marcheur : comment l'éviter ?

Connaître cette blessure et le meilleur moyen de ne pas l’avoir !

Les blessures chez les marcheurs

Pour tout vous dire, il n’est pas évident au départ d’écrire un article sur les blessures en marche sportive ou en marche nordique !
Mais pourquoi ? Tout simplement, parce que ce sont des pratiques sportives peu traumatisantes et que vous vous blessez peu (en comparaison à d’autres pratiques).

Les études montrent que la majorité de vos blessures arrivent lorsque vous tombez. Et dans ce cas, les blessures vont du simple hématome, plus communément appelé “le bleu”: couleurs provoqué par le sang sorti des vaisseaux sanguins lésé par le choc et accumulé sous la peau. Jusqu’à, dans des cas extrêmes, une dislocation de l’épaule, une entorse des doigts (le pouce ou l’index le plus souvent) ou des poignets. Ces dislocations ou torsions sont le plus souvent causées par une torsion ou une pression sur l’articulation dans un sens pour lequel l’articulation n’est pas faite.

Bien ceci étant dit, je trouve quand même intéressant de vous parler d’une autre blessure, d’ordre tendineuse, qui apparaîtra, non pas lors d’une chute ou d’un traumatisme aigu, mais plus avec la répétition des entraînements: j’ai nommé : la tendinite du tendon d’Achille.

Le tendon d’Achille c’est quoi  ? à quoi sert-il ?

Un tendon est un lien qui relie un muscle à un os. Un muscle peut avoir un ou plusieurs tendons et donc être relié à un ou plusieurs os en même temps.
Le rôle principal d’un tendon est de transmettre la force du muscle à l’os sur lequel il est attaché et permet ainsi de déplacer cet os.
En résumé, dès que le muscle se contracte et se raccourcie, cela tire sur le tendon, qui tire sur l’os et le déplace.
Ne confondez pas un tendon avec un ligament : un ligament est également un lien mais entre 2 os mais les ligaments ont pour rôle principal le maintien et la stabilité des articulations.

Le tendon d’achille est le nom commun (venant de la légende du héros grec Achille) donné au tendon calcanéen (vient du terme calcanéum, nom de l’os du talon sur lequel vient s’accrocher le tendon).
Il se trouve à l’arrière de la jambe et est le prolongement de 3 muscles se trouvant à l’arrière de la jambe au niveau du mollet.
Les noms scientifiques des mollets sont les gastrocnémiens internes et externes (ce sont eux que vous sentez ou que vous voyez quand vous parlez de vos muscles du mollet) et d’un autre muscle plus profond appelé le muscle soléaire.  
Lorsque vous contractez ces 3 muscles, cela tire sur le tendon d’Achille qui se raccourcit provoquant une montée du talon. C’est ce que vous faites lorsque vous vous mettez sur la pointe des pieds mais c’est aussi la contraction que vous faites quand en fin de pas vous poussez sur vos orteils pour garder votre vitesse et relancer votre jambe vers l’avant.

La tendinite : définition et causes

Une tendinite est une inflammation de ce tendon. Cette inflammation est douloureuse et c’est souvent grâce à cette douleur que vous la détectez.
Vous aurez dans un premier temps mal après une sortie en refroidissant, puis si vous continuez à marcher malgré votre douleur, vous aurez mal le matin et au repos puis dernière phase, en permanence jusqu’à provoquer chez vous une boiterie partielle ou permanente.
Dans ce cas, il est urgent de consulter un spécialiste car le risque extrême est la rupture de ce tendon !

Plusieurs causes existent et sont parfois présentes en même temps: le surentrainement, la fatigue, une technique inadaptée, une modification des habitudes d’entraînement, un changement de terrain, de matériel, des chaussures inadéquates, des troubles de la postures entraînant des déséquilibres de la marche, des problèmes médicaux ...

La tendinite est malheureusement une blessure courante et insidieuse car elle apparaît progressivement. Mais si vous n’y prêtez pas attention tout de suite, elle s'aggravera au cours du temps. Plus vous attendrez pour la soigner et plus vous aurez du mal à vous en débarrassez car non… elle ne passera pas toute seule.

Que faire si j'ai mal ?

La première chose à faire dès que vous commencez à ressentir une douleur dans cette zone est le repos. Puis, l’avis d’un médecin est nécessaire pour vous prescrire des séances de kinésithérapie par exemple, une consultation d’un podologue… et une reprise progressive de la pratique quand cela sera possible.

Pour résumer, mon conseil:  dès que vous avez une douleur, ne forcez pas, arrêtez-vous !
Il est préférable de vous arrêter une semaine plutôt que de poursuivre et de risquer un arrêt de plusieurs mois.

Vous êtes parés désormais ! A très vite et BONNE ANNEE ! :)

Hélène PETOT
Ingénieur recherche et développement DECATHLON SportsLAB Docteur en physiologie de l’exercice pour la performance et la santé